Gestion complète d’un projet informatique

Pour notre client, une entreprise active dans le domaine médical, nous effectuons une gestion complète de projet informatique.

En premier lieu, nous avons été contacté par cette entreprise car elle avait besoin d’un prestataire pour s’occuper de son parc informatique. Notre collaboration s’est ensuite développée et nous nous occupons, à ce jour, des tâches suivantes :

N
Maintenance du parc informatique
N
Gestion des backup et mises à jour
N
Gestion des accès à distance
N
Veille technologique
U

Maintenance du parc informatique

 

Les collaborateurs de l’entreprise confient leurs problèmes à un correspondant sur place qui trient les demandes. Ensuite il nous contacte au besoin. Leurs demandes portent essentiellement sur l’utilisation des périphériques disponibles tels qu’imprimantes, écrans, PCs, etc. mais également sur des manipulations à effectuer directement sur les postes de travail.

A l’origine le mode de fonctionnement reposait sur un serveur de fichiers, contrôleur de domaine, dont la tâche principal consistait à autoriser les accès à des dossiers et des fichiers d’un parc de PCs et portables.

Le besoin de simplifier la gestion à distance et d’avoir un même bureau partout, quelque soit le poste de travail sur lequel on se connectait, ont poussé à l’installation d’un serveur dit TS pour Terminal Server, une désignation plus exacte étant serveur Bureau à distance. Dès lors il était possible de se connecter depuis n’importe quel poste, qu’il soit interne ou externe, dans une autre succursale reliée par Internet, au serveur terminal et à sa session configurée qui restait toujours la même.

Du point de vue maintenance c’est infiniment plus simple. La connexion au serveur se fait via un canal sécurisé et comme ce serveur contient tous les bureaux l’essentiel du travail et des dépannages pouvait se faire sur ce dernier et non plus sur chacun des postes.

Gestion des accès à distance

L’entreprise est composée de plusieurs intervenants médical susceptibles chacun de travailler depuis l’extérieur, par exemple depuis le domicile. La demande était que chacun puisse se connecter au serveur de l’entreprise afin de pouvoir accéder aux données et ainsi travailler à distance.

Nous avons mis en place un petit serveur d’accès, configuré sous Linux, petit serveur qui fait authentification des personnes et qui ne laisse passer que celles qui disposent d’une clé de cryptage. Cette clé est générée pour chaque personne qui désire un accès depuis l’extérieur.

Une fois authentifié sur le petit serveur d’accès l’utilisateur peut se connecter au serveur Terminal.

Gestion des backup et mises à jour

Le serveur principal, ou serveur physique, tourne sous Linux et contient deux machines virtuelles, une machine Linux, un serveur de gestion de documents scannés, plus le serveur TS qui est sous Windows Server.

Les mises à jour de tous ces serveurs s’effectuent selon une procédure déterminée. Lorsqu’il est nécessaire de redémarrer la machine de base, le Linux de base, nous devons effectuer cette tâche en dehors des heures de travail car tous les autres serveurs doivent être arrêtés. Il est parfois difficile de trouver un créneau car il faut jongler avec les impératifs du travail depuis le domicile et à des heures forts tardives le soir ou à des heures très matinales aussi.

Les backups ou sauvegardes s’effectuent selon deux procédures distinctes. La première est une sauvegarde des machines virtuelles Linux et Windows Server, le week-end. L’autre consiste à sauvegarder les données modifiées toute la semaine. Si une perte de données survient nous retrouvons les données sur les sauvegardes quotidiennes. Si un crash serveur d’une machine virtuelle survient nous récupérons la machine virtuelle sauvegardée le week-end et nous y insérons les données modifiées backupées.

Si le serveur de base rend l’âme il est aussi possible de redémarrer rapidement avec un serveur de secours sur lequel nous y réinstallons les serveurs sauvegardés ainsi que les données modifiées.

Veille technologique

Par veille technologique nous entendons ici ne pas laisser un client sans nouvelles de notre part sur les possibilités qu’il aurait de mieux faire encore, de mieux gérer son exploitation, d’économiser sur certains postes, de rendre plus fiable et efficace son informatique. Nous allons ainsi, soit avec le matériel et les logiciels dont il dispose, soit avec des propositions d’acquérir d’autres outils, matériels ou logiciels, le conseiller sur ce qu’il serait possible de faire maintenant ou plus tard. Pour cela nous devons rester à l’affût de tout ce qui se fait dans le domaine.

Un exemple de prestation de veille technologique se retrouve dans l’annonce faite par Microsoft d’arrêter le support de Windows XP. Les PCs du cabinet médical étaient tous sur Windows XP, un bon système d’exploitation, tellement bon que les clients ne désiraient pas s’en séparer.

Deux tâches nous sont apparues alors: la première était d’informer le client dès que la nouvelle fut connue. Pour nous elle l’était bien avant que la presse ne s’empare du sujet. La deuxième était de réfléchir aux possibilités. Devions-nous vraiment encourager le client à changer de machines ? Devions-nous vraiment se passer de Windows XP déjà maintenant ? L’approche pragmatique a consisté à dire que les machines XP en fonction n’avaient pas besoin de migrer sur un OS plus récent car elles ne tenaient plus qu’un rôle de terminal. Et pour celles qui posaient vraiment problème il était envisageable de les installer sous Linux Desktop. Et pour celles qu’il fallait remplacer nous avons opté pour des terminaux de type Dell Wyse ou HP, sans OS ou presque.

Besoin de spécialistes pour la réalisation de votre projet informatique ?